Le métier d’Opticien Lunetier

Le domaine d’intervention de l’opticien-lunetier est vaste mais bien défini et fait tout le charme de cette profession qui rassemble plusieurs compétences que peu de métiers permettent de réellement mettre à profit.

Voyons ensemble les caractéristiques du métier d’opticien : technicien, artisan mais aussi conseiller et commercial le côté multi-facettes de cette profession est pour beaucoup de candidats d’un réel attrait.

Pourquoi vient-on voir l’opticien-lunetier ?

metier-opticienLe client vient voir l’opticien-lunetier, avant tout pour profiter des conseils d’un professionnel. Après avoir consulté chez le médecin ophtalmologiste, il vient voir l’opticien avec une ordonnance de celui-ci. Son rôle est alors d’accueillir le client, de se mettre à sa disposition, et d’être capable de comprendre ses soucis, ses attentes. En effet, proposer un modèle à un client ne se fait pas à la légère. Beaucoup de paramètres sont en jeu. Le bon opticien prendra en compte la personnalité, le goût de son client, avant de lui proposer un modèle précis. Il effectuera patiemment toutes les mesures adéquates pour évaluer les facultés visuelles du client. Mais également les mesures faciales, qui permettront de définir LE modèle de monture qui conviendra.

Esthétique et confort : une priorité

Le but final est la satisfaction du client, son confort. Le côté esthétique prend actuellement de plus en plus d’importance. En effet le rôle des lunettes en tant qu’accessoires de mode prend de plus en plus d’importance dans notre société. Considéré autrefois comme dévalorisant, le port de lunettes est aujourd’hui « un plus », devient « tendance », et n’est plus sujet à complexe.

Un métier d’avenir

Le métier d’opticien-lunetier est accessible grâce au diplôme de BTS opticien-lunetier. Ce qui en fait une autre particularité, c’est que le nouveau diplômé a le choix entre intégrer une entreprise, ou lancer immédiatement la sienne. Ce choix est fonction des ambitions de chacun, des différents projets, mais dépend aussi des moyens du nouveau diplômé. En effet, sa formation est assez complète pour lui permettre de s’établir de suite à son propre compte, mais cela nécessite un financement conséquent. Plus de 12 000 opticiens lunetiers sont recensés aujourd’hui en France, dont un peu moins de la moitié sont des femmes. Le secteur est actuellement en forte progression, et ce métier est une assurance contre le chômage.

L’opticien lunetier : un technicien à part entière

Avant tout, l’opticien lunetier est un technicien. Il se base sur l’ordonnance de l’ophtalmologiste, qui rappelons-le doit dater de moins de trois (03) ans pour être valide. A partir de l’ordonnance, il réalise les différents examens de vue, ainsi que les mesures nécessaires, sur son client. Dans certains cas, l’opticien a le droit de renouveler les verres sans ordonnance du médecin. A partir de tout ceci, il conseille le client sur à peu près tout : le type de verres qu’il lui faut (compensateurs ou lentilles de contact), ainsi que sur le modèle de montures qui lui convient, selon la forme de son visage, ou la couleur de sa peau. Il ira jusqu’à lui demander s’il a des problèmes de peau, pour lui conseiller ou déconseiller telle ou telle matière.

Un local pour travailler

Le magasin de l’opticien est constitué, outre le local de vente lui-même, d’un atelier où s’effectuent les différents ajustages et montages, et qui se trouve généralement dans l’arrière-boutique. Mais il arrive aussi que cet atelier se trouve à l’extérieur. Le magasin doit être conforme à des normes préétablies, sous contrôle de l’ARS (ou Agence Régionale de santé). Par contre, pour la disposition des lieux et la décoration, le propriétaire fera preuve d’imagination et de goût, car il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout d’attirer la clientèle.

Dextérité et précision

Le métier d’opticien peut-être considéré comme un métier de précision. En effet il n’a aucun droit à l’erreur lors des différentes étapes qui constituent la fabrication des équipements d’optique. D’ailleurs, les instruments dont il se sert réduisent presque à néant ce risque d’erreur. Dans ce domaine de l’équipement, les innovations technologiques vont bon train, et l’opticien doit se mettre au courant des nouveautés. Ceci ne signifie aucunement qu’il doit toutes les cautionner. En effet, il a souvent son mot à dire concernant les nouvelles technologies, et les firmes qui inventent, créent et commercialisent ces équipements tiennent compte de l’avis des opticiens. L’opticien se sert de toutes sortes d’outils : appareils de meulage, perceuses, fraiseuses, machines à rainer, machines pour fabriquer les lentilles de contact, matériels spécifiques de montage et de contrôle, etc.

Accueillir, fabriquer, et…vendre

Outre les lunettes et lentilles de contact, qui sont destinées à corriger les problèmes de la vue, l’opticien vend aussi toutes sortes d’accessoires tels que les produits de nettoyage et d’entretien, les étuis (classiques, stylés…), et les cordons. Le magasin de l’opticien est un lieu de vente à part entière. L’opticien n’est donc pas uniquement un technicien, mais est aussi vendeur. Pour cela il a eu pendant sa formation des enseignements qui concernent le domaine de la mercatique et de la communication. Ses acquis dans le domaine sont destinés à faciliter le contact avec les clients, les fournisseurs, et d’éventuels collaborateurs. Envers son client, il a surtout rôle de conseil et met ses compétences en œuvre pour attirer et garder la confiance de son client. L’opticien est aussi gestionnaire. Il a des compétences en comptabilité, en gestion des ressources humaines, gestion des stocks, etc. Il connaît aussi la législation qui régit son activité.

Réagissez à cet article...

*